Objectifs clés

Les filles sont capables de dire non (aussi à leur copain).

Elles arrivent à prendre leurs distances par rapport aux demandes de leurs amies, à des situations familiales difficiles, etc.

Elles sont encouragées à occuper davantage de place.

Les scènes du film

Résumé : Le film montre un jeune couple en soirée. Le garçon consomme des drogues récréatives, la fille, Anna, estime que ce n’est pas une bonne chose. Elle est en proie à un conflit intérieur : doit-elle elle aussi avaler une pilule colorée pour faire comme son copain ? Elle décide que non, jette la drogue dans les toilettes et rentre chez elle avec sa copine.

Scène 1 : La scène se déroule dans un club, une discothèque ou une maison de jeunes. Elle est axée sur Anna et son copain.
Une fille arrive et fait la bise au copain d’Anna. Tous deux se mettent à discuter et prennent très naturellement une pilule colorée (drogue récréative). Anna, la copine du garçon, est manifestement mal à l’aise. On entend ce qu’elle pense :
«Toujours ces drogues. Je le kiffe, mon mec. Mais en soirée, je me sens exclue, parfois. Il est totalement différent. Il se la joue cool, on dirait qu’il n’a pas de limites. Tu penses que si je prends rien, il m’aimera quand même ? »

Scène 2 : Anna se trouve dans les toilettes du club. On entend à nouveau ce qu’elle se dit : « Il faudra bien ! ». Elle jette résolument la drogue dans la cuvette et tire la chasse. Puis elle dit à sa copine « Tu viens, on se tire! ». Son copain attend devant la porte, appuyé contre le mur. Etonné, il lui demande si elle rentre déjà. Elle lui souhaite une bonne soirée et s’en va. Il reste seul, avec l’air d’être ailleurs.

PROPOSITIONS D’ANIMATION

Travail avec le film

Les filles osent dire non, même à leur copain (ou à leur meilleure amie). Elles prennent leur ressenti au sérieux.

Mise en œuvre : environ 40 min

10'
Brève description

Passer le film deux fois. Avant la deuxième fois, donner la tâche d’observation suivante :

  • Qu’est-ce qui pousse Anna à dire non ?
  • Pour quelle raison dit-elle non ?
  • Qu’est-ce qui se passe dans sa tête ?
  • Comment sa décision est-elle accueillie ?

Discussion des observations et hypothèses.

10'
Imaginer la suite de l’histoire

  • Que se passe-t-il le lendemain ?
  • Que se passe-t-il deux, trois semaines plus tard ?

Scénarios possibles : silence radio entre Anna et son copain. Ils discutent ensemble. Ils se séparent. Les choses continuent comme avant, ils font comme s’il ne s’était rien passé.

  • Pour vous, comment l’histoire devrait-elle se poursuivre ?

20'
Discussion

Questions aux filles :

  • Y a-t-il des situations dans lesquelles vous avez dit oui alors que vous vouliez dire non ?
  • Avez-vous des stratégies pour éviter que cela ne se (re)produise ? (p. ex. gagner du temps pour réfléchir : « Je dois encore réfléchir ». « J’ai besoin d’aller aux toilettes  »).

Jeux de rôle

S’exercer à prendre ses distances et à dire non, même sous pression.

Mise en œuvre : environ 35 min

15'
Tentative de persuasion

Les filles se mettent par deux. L’une d’elles (A) essaie par tous les moyens (aussi émotionnels) de convaincre sa camarade (B) de faire quelque chose. B doit rester inflexible.

Exemples de situations :

  • Aller à une fête alors que B n’en a pas envie.
  • Prolonger la sortie alors que B devrait rentrer.
  • Faire quelque chose avec des gens que B n’apprécie pas.

A et B diversifient leur jeu en haussant le ton, en parlant de façon décidée, en se faisant insistantes, en prenant une voix douce.

Discussion :

  • Pour B : quand a-t-il été particulièrement difficile de résister ?
  • Pour A : qu’est-ce qui m’a particulièrement convaincue que B ne voulait vraiment pas ?

10'
Cercle de NON

On fait passer le « non » de l’une à l’autre dans le cercle, en le disant toujours plus fort.

Certaines filles doivent faire un gros effort sur elles-mêmes pour énoncer un non haut et fort. Il est important de bien doser pour que les filles qui viennent après puissent prononcer un non encore plus fort.

Le non doit venir du fond des tripes.

10'
NOOON !

  • Les filles forment un grand cercle.
  • Au signal, elles font toutes un saut en direction du milieu du cercle et crient NON au moment où elles retombent sur leurs pieds.
  • En formulant leur non haut et fort, elles regardent une autre fille droit dans les yeux (choisir sa partenaire au préalable). Le contact visuel doit être maintenu pendant trois secondes.

Discuter ensuite de ce que les filles ont ressenti.

Travail avec le film

Les garçons apprennent à prendre leurs distances par rapport au groupe ou à une relation étroite.
Ils prennent leur ressenti au sérieux.

Mise en œuvre : environ 35 min

10'
Discussion tous ensemble

Question aux garçons :

  • Que penses-tu du film ?
  • Quelle autre issue le film aurait-il pu avoir ?

10'
Travail par deux: expérience personnelle

Par groupes de deux, discuter les questions suivantes :

  • Est-il déjà arrivé que quelqu’un vous persuade de faire quelque chose dont vous n’aviez pas envie ?
  • Avez-vous regretté ensuite d’avoir cédé ou cela vous a-t-il permis de faire une nouvelle expérience ?
  • Avez-vous vous-mêmes déjà convaincu quelqu’un de faire quelque chose, p. ex. un ami, votre copine ?

10'
Discussion tous ensemble

  • Jusqu’où peut-on aller?
  • Est-il acceptable de vouloir motiver quelqu’un?
  • De le mettre sous pression ?
  • Où se situe la frontière entre les deux?

Faits et chiffres

La feuille d'informations "Faits et chiffres" complète le film et les propositions d'animation.
La première page peut être utilisée comme une feuille de travail. Au dos, vous trouverez des informations complémentaires pour l'enseignant-e ou l'animateur/trice.

Télécharger le cahier pédagogique

THÈMES

Se distancier, dire non

Au cours de leur socialisation, les filles développent très tôt une grande sensibilité relationnelle. Elles apprennent à reléguer leurs besoins au second plan et à se sentir (exagérément) responsables du bien-être d’autrui, ce qui peut aller jusqu’au sacrifice et à la négation d’elles-mêmes. De ressource, cette sensibilité relationnelle peut devenir un piège et un poids lié au rôle associé au genre féminin.

Conseils pour soutenir/encourager les adolescent-e-s

  • Rappelez-vous qu’il ne s’agit pas de faire perdre aux filles les caractéristiques
    dites féminines (comme la capacité à nouer et entretenir des relations).
  • Aidez les filles à prendre leurs distances et à dire non.
  • Abordez la proximité et la distance dans les relations (copain, meilleure amie). Encouragez les filles à se mettre au diapason des autres sans s’oublier pour autant.
  • Aidez les filles à prendre la place qui leur revient, que ce soit dans la cour de récréation ou durant les cours.

Construction de l’identité / rôle de genre

Les filles sont confrontées aujourd’hui à des exigences ambivalentes quant à leur rôle (« anciennes » vs « nouvelles » conditions de socialisation). D’un côté, elles doivent être attentionnées, flexibles, arrondir les angles, montrer leurs sentiments, être jolies et minces, de l’autre, on leur demande de réussir leur vie professionnelle et de concilier enfants et carrière. Ces exigences ambivalentes peuvent entraîner une déchirure et des conflits intérieurs.

Conseils pour soutenir/encourager les adolescent-e-s

  • Encouragez les filles à avoir confiance en elles en soulignant régulièrement ce qu’elles font bien, même s’il s’agit de choses qui ne correspondent pas à vos attentes (faire du skateboard, p. ex.).
  • Sensibilisez-les à leurs modèles pour qu’elles puissent s’identifier avec les rôles qu’ils incarnent ou, au contraire, s’en distancier.
  • Questionnez-les sur ce qui les intéresse et sur ce qu’elles aiment faire. Encouragez-les dans ces intérêts, même s’ils ne correspondent pas à vos vœux ou à ceux de leur entourage.

Réflexion personnelle sur ses forces et ses faiblesses

Les filles ont tendance à mettre leurs faiblesses en avant et à minimiser leurs forces.

Conseils pour soutenir/encourager les adolescent-e-s

  • Informez-les sur les facteurs qui jouent un rôle dans la résilience (voir glossaire) chez l’individu et le groupe. En demandant aux filles d’identifier les forces et les faiblesses spécifiques des personnages du film, on peut les encourager à réfléchir à leur propre capacité à rebondir.